Les investissements dans l’écosystème des startups technologiques africaines ont presque triplé au cours de l’année 2021. Les financements ont passé la barre des 2 milliards de dollars pour la première fois. C’est ce que révèle la septième édition du rapport annuel sur le financement des startups technologiques africaines publié par le portail d’information et de recherche sur les startups Disrupt Africa. Elle a été conçue en partenariat avec Novastar Ventures, MFS Africa, Quona Capital, 4Di Capital, MEST Africa et Future Africa.

Le rapport révèle une année extraordinaire pour les startups. Au total, 564 startups ont levé un total de 2 038 627 500 dollars en 2021. Le nombre de startups financée a augmenté de 42,1 % par rapport à 397 en 2020, et le total des financements a presque triplé – en hausse de 190,6 % – par rapport aux 701 460 565 dollars US obtenus l’année précédente.

Le nombre de startups africaines a augmenté de 351,2 % depuis 2015, bien que sa croissance ait un peu ralenti en 2020, en partie à cause de la COVID-19. Le nombre d’investisseurs a doublé pour atteindre 771, contre 370 l’année précédente.

Le Nigéria, l’Égypte, l’Afrique du Sud et le Kenya restent les « quatre grands » de l’Afrique. Ils ont obtenu une part plus importante de financement qu’en 2020. Le Nigéria mène la partie avec 161 startups cumulant de près de 800 millions de dollars. Globalement, les financements ont atteint 24 pays du continent. La Côte d’Ivoire connaît une augmentation de 66,7 % du nombre de start-ups financées, qui passe à 10. Les levées de fonds on atteind 13 725 000 de dollar soit 240 % par rapport à l’année précédente.

Le secteur de la fintech a attiré le plus d’investisseurs en 2020, avec plus de startups obtenant un financement que tout autre secteur et un total combiné qui éclipse tous les autres. Le secteur a franchi la barre du milliard de dollars de financement pour la première fois en 2021, soit le double des financements accordés. D’autres secteurs ont également connu des années impressionnantes, notamment l’e-commerce et la retail-tech, l’e-santé, la logistique, l’ed-tech, l’énergie, l’agri-tech et le transport.

Le rapport est disponible en téléchargement gratuit sur la plateforme Gumroad qui n’est malheureusement pas disponible ici. Vous pouvez contourner cette barrière en utilisant un simple VPN. Il faut noter aussi que ce rapport se concentre plus sur les levés de fond à l’internationale.